jeudi 26 janvier 2012

J'aurais voulu être un cactuar...

J'aurais voulu être un cactuaaaaar !
Pour pouvoir coudre mes mandats...
Quand je veux exprimer mon art,
A Uldah ou bien Gridania !
J'aurais voulu être un pampaaaa...
Pour pouvoir montrer mon génie !
J'aurais voulu être moins fada...
Pour pouvoir me calmer ici !
Pour pouvoir me calmer ici...

Ca va mieux. Merci.
En fait, je viens d'obtenir ma maîtrise en couture, ça y est, je ne progresserai plus, du moins pour l'instant.
Une bonne chose de faite, je commençais à verdir avec toutes ces piqûres d'aiguille...
Oui, je me cactuarisais !
Un peu comme le mec qui a été piqué par un petit acarus éthériquement modifié, et qui devient lui-même une espèce d'hybride, comment il se fait appeler déjà ? Ah oui : Acarhyur. Ouais j'ai vu ça l'autre jour sur mon lalascope.


Bref, tout a commencé le jour où couper du bois me faisait scier. Et suer. Surtout suer.
Lasse de mes ampoules et autres courbatures, j'ai voulu passer à une activité plus... paisible, et j'ai alors songé à devenir une couturière ! L'intention était louable, mais quelle erreur de croire que ce serait la belle vie ! Nan, j'ai galéré, vraiment.
D'abord, il faut une aiguille... Bon, c'est sympa le cure-dents de la guilde, mais dès qu'on atteint un certain seuil, soyons sérieux un instant, autant aller se servir sur l'ennemi juré de la meule de foin, j'ai nommé : le cactuar.
Il est mimi à fuir sur place, mais j'aurais préféré le capturer pour avoir un stock d'aiguilles... Simplement, ma lalaball n'a pas fonctionné et il a... euh... disparu.

Zut, on avait dit : juste l'assommer.
J'ai néanmoins tenté de faire le plein et là, à ma grande stupéfaction, j'ai découvert que ses aiguilles étaient extrêmement difficiles à utiliser pour le peu d'expérience que j'avais ! Incroyable ! C'était... comme si je me sentais maladroite avec ces aiguilles... Très étrange, il y a comme on dit, aiguille sous roche.
En plus, ces insolentes créatures se permettaient de vider leur chargeur de pilosité rigide sur ma tronche...
C'était injuste une telle provocation ! 1000 aiguilles sur une couturière !

Je me vengerai...
 Alors en pleine réflexion, lentement happée par l'éthérite d'Uldah, je me suis dite qu'en fait, j'avais juste besoin d'une seule aiguille, même artificielle. Oui, ça se répare vite. Je me suis alors contentée de fabrications artisanales, ces provinciaux Eorzéens se débrouillent pas trop mal, on va tâcher de croire un peu plus en eux.
J'ai alors poursuivi ce long, trèèèèèès long apprentissage.
La plupart du temps, je le faisais en ville, Uldah étant la capitale des couturiers, mais de temps en temps, je préférais prendre l'air !

Le truc, c'est de ne pas perdre l'aiguille.

J'ai trop bossé ce jour-là, je m'étais endormie sous la fatigue...
 Durant mon année de travail, je me suis retrouvée à rendre quelques petits service à Chuchumu, un exemple parfait de l'habitant local, le bouseux par excellence.

Pathétique.
Cette lalafelle n'arrêtait pas de geindre. "Waaaah, ze vais me faire disputer !"
Ah la la, c'est un monde, je vous jure ! Enfin, au moins je me suis faite une petite réputation locale à lui rendre service, ça peut toujours dépanner pour l'avenir.
En tout cas, toutes ces expériences çà et là m'ont considérablement aidé à progresser...
Récemment, pour préparer mon examen, j'ai revêtu une tenue de haut niveau d'étude dédiée à mon art.

J'en menais pas large ce jour-là dans ma tenue d'étudiante.
Les épreuves finales commençaient sous peu. Ok, je suis douée, je le sais, vous serez donc stupéfait de lire mon malaise de l'instant, mais que voulez-vous, je suis une lalafelle avant tout ! Enfin, je savais que je réussirai mes dernières coutures, surtout avec mon kit cactuar. Ouais, cette fois, j'étais en mesure d'utiliser les super aiguilles de la mort. Enfin, je pouvais, mais par fierté face à une raclée précédente de la part de ces cactoïdes à dormir debout, j'ai préféré me faire fabriquer une bonne aiguille artisanale. Non mais.

J'ai géré ma race.
Et là, chef d'œuvre. Immersion. Détermination. Culmination. Excellence. J'ai terminé.
Mon ultime couture était un succès parfait, et j'ai pu obtenir mon diplôme.
Je suis ravie, vraiment, ce document est valable partout dans le monde, donc je pourrai faire valoir mon talent dans des régions plus évoluées sans le moindre souci. Ah oui, je suis comblée.
Merci cactuars, merci Chuchumu, merci les artisans, merci la linkshell (j'en parlerai une autre fois).
Et merci Plume, mon fidèle chocobo de m'avoir conduit sans relâche à Roncenoire, Brumebleue, au camp Horizon et aux Os desséchés. L'Ecueil, c'était en téléportation, là, j'avais la flemme...
A présent, je vais me défouler un peu, utiliser tout cet assortiment de tenues que je me suis fabriquée au fil du temps, et un jour, je remettrai mes gants et reprendrai la scie. Et on verra qui sera le maître. (la blague sous-entendue ici ne peut être comprise par les locaux, j'ai tendance à oublier le fossé culturel entre eux et moi malgré toute la sympathie que j'ai pour eux)
J'ai aussi quelques notions d'orfèvrerie mais surtout de tannerie, j'ai vite compris que c'était très utile pour mon apprentissage du combat. Mais chaque chose en son temps, n'est-ce pas ?











3 commentaires:

  1. Luna, bravo pour la maitrise de ton artisanat, tu as passé des soirées entières à regarder des émissions, séries TV, etc. pour en arriver là. Encore Bravo !

    Bon concrètement, qu'est-ce que tu faire pour mon pugiliste !!!

    A bientôt :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu veux des bandes de tissu autour des poings? tu prèfères pas une paire de baghnak en cobalt de peau de blast plutot?

      Supprimer
    2. Effectivement, autant t'équiper lourd, surtout pour ton corps-à-corps !

      Supprimer